Make your own free website on Tripod.com

La jeune chanteuse européenne Elsa est incontestablement l'incarnation de la douceur. À voir ses gestes légers et son regard apaisant, à entendre ses timides éclats de rire et, bien sûr, ce singulier filet de voix qui, au fil des ans, est devenu sa marque de commerce, on l'écouterait parler pendant des heures…Elle est le calme en personne. Ce jour-là, ce sont ses dix-huit ans tout neufs qui ont été le sujet de notre conversation.

"J'ai l'impression d'avoir 18 ans depuis longtemps."

7 Jours : Elsa, tu as eu 18 ans le 20 mai dernier. C'est une étape de la vie que beaucoup d'adolescents attendent avec impatience. Est-ce que c'était ton cas?

Elsa : Je n'y pensais pas vraiment. En fait, j'y pensais plus à onze ou douze ans. À cet âge là, nous ne sommes pas toujours en accord avec nos parents; nous avons hâte d'être plus indépendants et de pouvoir enfin prendre nos propres décisions. Le fait d'avoir 18 ans ne change rien à ma vie. Franchement, j'ai l'impression d'être majeure et d'avoir 18 ans depuis bien longtemps! Ce qui me plaît, ici, par contre, c'est que je vais enfin avoir mon permis de conduire, une voiture et le droit de vote. Quant au reste de mon quotidien, rien ne changera vraiment. Depuis cinq ans, mon métier m'oblige à être une personne responsable. Il y a donc longtemps que je n'ai plus l'impression d'être une petite fille.

7 Jours : Ça représente tout de même un tournant important et significatif, non?

Elsa : C'est sûr que je viens de tourner une nouvelle page et franchir une nouvelle étape. Je sens que je ne suis plus une adolescente, mais bien un jeune femme. Je n'ai pas l'impression d'être une adulte pour autant et je n'ai aucunement envie de l'être. Ce n'est pas du tout mon but dans la vie.

7 Jours : Pourquoi?

Elsa : Pour moi, être adulte, c'est triste. C'est regarder la vie avec beaucoup trop de sérieux; c'est avoir perdu le sens de l'émerveillement. Je considère que l'une des plus belles richesses dans la vie, c'est de conserver son cœur et ses yeux d'enfant. Même si j'exerce un métier fabuleux qui fait rêver bien des gens, j'ai encore la chance de pouvoir m'émerveiller chaque jour et m'intéresser facilement à un tas de choses. C'est sans limites, l'émerveillement! Il me semble qu'on perd quelque chose d'énorme quand on perd ça.

7 Jours : Serais-tu nostalgique par rapport à ton enfance?

Elsa : Pas du tout! Je n'ai pas l'impression de m'accrocher à mon enfance, pas plus qu'à mon adolescence. Je n'en ai pas le goût. Je suis tellement bien à cette étape-ci de ma vie que je ne cherche pas à m'accrocher à des étapes déjà pleinement vécues. Je n'aimerais pas devenir une petite fille, je détesterais ça. Même si mon enfance fut une période de ma vie bien amusante. Tout comme mon adolescence, je l'ai vécue pleinement, mais, aujourd'hui, j'ai le désir de vivre autre chose. Je n'aimerais pas retourner sur un banc d'école et être traitée de nouveau comme une petite fille. Je préfère des rapports d'égal à égal. Et puis, j'avoue que j'ai bien hâte de voir ce que l'avenir me réserve, de voir si je vais trouver l'équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle.

7 Jours : Est ce l'un de tes plus grands souhaits?

Elsa : Absolument! Je veux réussir dans la vie, mais je veux d'abord et avant tout réussir ma vie! Je serais bien malheureuse si je ne devais m'accomplir et m'épanouir qu'à travers mon métier!!

 "Depuis que j'ai 13 ans, je veux un enfant".

7 Jours : Est ce que ça signifie que tu as déjà le regard tourné vers l'avenir et que tu planifies déjà ta vie de femme?

Elsa : Non, et je dois même admettre que j'ai bien de la difficulté à imaginer mon avenir. Je suis incapable de visualiser ce que je serai dans quelques années. Ce n'est pas dans ma nature. D'ailleurs, ça ne me préoccupe pas du tout. La seule chose dont je suis certaine, c'est que je vais avoir des enfants. Ça aussi, c'est un de mes plus grands souhaits. Depuis que j'ai treize ans, je veux un enfant. Et plus je vieillis, plus j'ai une folle envie de connaître les joies de la maternité.

7 Jours : Tu es donc très maternelle…

Elsa : Sans doute! J'ai vraiment hâte d'avoir un gros ventre. Ça doit être fascinant de donner la vie! J'ai toujours trouvé que les femmes enceintes sont magnifiques. Elles ont une espèce de lueur dans les yeux qui me fait littéralement rêver.

7 Jours : Entre ta vie professionnelle et ce désir de créer une famille, y a-t-il de la place pour un ami de cœur?

Elsa : Ça, je n'en parle pas. Certains artistes racontent ouvertement leur vie privée et ne s'en portent pas plus mal. Personnellement, je n'ai pas envie de livrer ce segment de ma vie.

7 Jours : C'est triste, parce que je t'aurais demandé si cet ami de cœur avait autant que toi le goût de fonder une famille…

Elsa : C'est peut-être bien triste, mais c'est de cette façon que j'aborde le sujet. Je peux t'avouer, par contre, que j'ai un copain plus âgé que moi qui est mon plus grand confident. Pour le reste, c'est Top secret. (éclat de rire)

 

Juillet 1991

Pierre Plante

Retour